Quels sont les avantages d’un statut juridique d’une société ?

Après la création d’une entreprise, il est du devoir du gérant de l’entreprise d’adopter un statut juridique. Pourquoi adopter un statut juridique ? 

Qu’entend-on par le statut juridique d'une entreprise ?

Le statut juridique d’une société sert à adopter une structure juridique, le régime juridique que prendra votre entreprise. C’est à travers ce statut que régissent des règles qui incrustent cette activité économique.Pour plus d’information, faites un tour sur creation-sas.biz .. 

Le choix d’un statut est d’une importance capitale puisqu’il a des conséquences d’un point de vue juridique, mais affecte aussi le régime fiscal de l'entreprise et du dirigeant.

Vu ces nombreux impacts, il est possible que la société modifie sa forme juridique pendant son existence pour des raisons diverses comme la venue d’un nouveau partenaire, la croissance des activités ou le désir de protéger ses biens personnels. 

Comment choisir son statut juridique ?

 Avant toute chose, il faut savoir que le statut juridique est différent du statut constitutif d'une société. Les statuts constitutifs sont un document listant toutes les règles de l’entreprise pour son bon fonctionnement. Il faut savoir qu’il existe deux catégories principales d’entreprise à savoir les entreprises individuelles et les sociétés. Ainsi, pour la création, deux options s’imposent à vous, à savoir ouvrir une entreprise en votre nom ou choisir de créer une société. C’est ce choix qui déterminera les démarches à suivre pour la création de votre entreprise.

Quels sont les avantages et inconvénients des statuts juridiques ? 

Chaque statut a ses avantages et ses inconvénients. Si nous prenons l’exemple de la SAS, vous avez une grande liberté dans l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise. Elle est attractive aux yeux de tout investisseur qui porte une attention particulière aux innovations. Ce qui amène des associés et partenaires. 

Pour ce qui est de la SARL ou de l’EURL, l’organisation est gérée par le code de commerce. Et les partenaires ont les yeux sur les entrées et sorties des probables associés par le biais de la clause d’agrément.